Page d'accueil
Carte Blanche 10
Qui, Quand, Oł?
Comment exposer?
Comment acheter?
Adhérer
l'Art Shop
Les Ateliers en résidence
Les Arts de la Scène
Atelier Musik et Scène
Les prochains arrivages
Les Arrivages Précédents
Les marchés de l'Arrivage
Les Conférences-Débats
Le livre
Le Club Partenaires
Les amis de l'Arrivage

Bio Jacob Diboum

Jacob DIBOUM
Né au Cameroun, il vit et travaille à Troyes.
Peintre autodidacte, musicien et danseur professionnel.
1- COMMENT JE SUIS DEVENU ARTISTE:
Au fil de mes rencontres,de mes expériences personnelles et de mon parcours va naître une envie d’exprimer plastiquement mes sensations en mêlant les arts traditionnels africains et les techniques nouvelles.
La peinture est pour moi un espace de liberté lié à ma démarche autodidacte qui me permet d’explorer différents techniques.

2- MON TRAVAIL:
Mes réalisations colorées ne sont pas que des désirs, mais aussi des questionnements, des interrogations.
Je recompose des scènes de la vie quotidienne entre réalité et imagination.
C’est un travail intuitif élaboré à partir de signes et de réflexions posés sur toile, sur papier ou sur du matériel de récupération.
Je passe de la peinture sur toile à la fabrication d’objets en volume comme on peut passer du rythme binaire au rythme ternaire dans la musique.
INSTALLATIONS “ Les sans papiers” ET MES TOTEMS:
Ce sont des personnages qui sortent d’un lieu inconnu presque intemporel. Ils vous entraînent tantôt dans un monde réel,tantôt vers un voyage de poésie et de rêverie.

POUR ENTRER DANS LA PEINTURE :
Il faut contempler doucement pour déchiffrer chaque message,humer les couleurs qui réchauffent le temps et jouent sous le soleil pour deviner les échos de la musique lointaine. CHUT ! Ne parlez plus! Art naif,art brut, art primitif...mais surtout art du coeur.

Totem sans tabou, couleur sans colère.

Jacob Diboum fait swinguer la toile, danser la palette et chanter les totems. Son cœur généreux et ardent fait boum ! Que dis-je ? Dix boums à la seconde ! Et nous rentrons dans la transe d’une peinture immédiate et ludique. Les figures et personnages nous invitent à une fête haute en couleurs où la joie de jouer est première.

De fait, la première fois que j’ai vu sa création d’une grande fraîcheur et d’une belle poésie, je me suis dis : « Tiens ! Un matisse africain ! ». Je pensais bien entendu à la série Jazz du maître (éditions Tériade, 1947), la couleur y sonnant comme cette jeune musique du cœur et du corps. Quelle ne fut pas ma stupéfaction de découvrir que l’artiste était aussi un merveilleux musicien d’un jazz subtil et accompli ! Sa peinture s’éclairait de pulsations rythmiques, de collages chromatiques (au sens musical et pictural), de tempos enfiévrés et de battements cardiaques. Et du jazz à l’Afrique, il n’y a qu’un pas… de danse.

Diboum n’est pas né artiste, il est né à Douala. Adolescent, il aimait contempler les masques et statuettes du Cameroun au petit musée de la ville. Il écoute et observe les hommes et les femmes qui assemblent, sculptent et peignent des objets, des meubles ou des paniers destinés au marché. Puis c’est l’arrivée à Paris où il fréquente le Louvre et le Centre Pompidou pour enrichir sa vision. Le monde enchanté de Gaston Chaissac et la radicalité d’un certain Dubuffet seront alors comme un appel impérieux à créer avec sa propre énergie. L’artiste se lance dans cette aventure en mêlant ingénieusement arts traditionnels africains et techniques d’aujourd’hui avec une vraie malice et une profondeur sensible.

Ses totems protecteurs et fraternels nous regardent dans les yeux pour nous dire l’harmonie et la simplicité qui sont une quête infinie. Les êtres d’étincelles et de feux, d’étoffes et de lumières vivent dans un monde diboumien où la frontière entre quotidien et imaginaire est presque abolie.

Et si Diboum est un authentique artiste du courant de l’art singulier, c’est avant tout un artiste du cœur, ce cœur que nous entendons battre démesurément à l’approche de ses exquises toiles et de ses éclatants totems.

Antoine Campo
Directeur artistique Membre de la Sacd

LISTE DES EXPOSITIONS

2000 * Marché de l’art de la Motte Tilly
* Musée de l’Outil Troyes
2001 * Centre les Arcades Troyes
* Braderie de l’Art ‘ Art Point M’ Roubaix
2002 * Art Contemporain Sainte Savine
* Galerie La Tour D’Argent Lisle sur Sorgue
* Lasécu Lille
* Braderie de l’Art ‘ Art Point M’ Roubaix

2003 *Fondation norsys Ennevelin
* La Galerie Indigo Martigues
* Camac: centre d’art contemporain Marnay

2004 * Les granges de la maison “ PIERROT “ Pontigny
* Les Inattendus Sainte Savine
* Sculptures en ville Altkirch
* Art Point M‘ Roubaix
* Lasécu Lille

2005 *La Galerie (R)art Capinghem
* Musée histoire naturelle - Auxerre
* Maison du Boulanger Centre Culturel - Troyes

2006 *Les Inattendus de Ste Savine “Installation”
* Art Point M‘ Roubaix
* Entrez voir ! " Journée du patrimoine " Troyes
* Le Bout du monde

2007 *Les Inattendus de Ste Savine “Installation”
*La maison des Arts Contemporains de Pérouges
* Galerie Singul'ART Lyon
* Lasécu Lille
* L'Université Catholique de Lille
* Théâtre de la Madeleine (Les pas de Troyes)

2008 **ATRIUM de la Mairie 8ème arrondissement de Lyon
**Le Printemps de l'Art Mairie de Wasquehal
** Galerie Artempion Vincennes
** Les Inattendus de Ste Savine
**La maison des Arts Contemporains de Pérouges
** Galerie Singul'ART Lyon
** Espace Argence à Troyes
** 2è Biennale d'art contemporain de Nogent su Marne
** L'espace d'ART LA BRECHE MJC VIEUX LYON
** Les Nuits en ville " festival Nuits de Champagne " Troyes
** Espace Argence 30 ans Centre pour l’UNESCO Louis François Troyes

2009**L'arrivage Troyes
** festival de Bann'art en Ardèche
** ESPACE CREATION - GALERIE ST LOUIS Toulon
** OUI ART au Conservatoire à Troyes
**AFRICAJARC 2009
** 3e Biennale Internationale d'art Hors les Normes de Lyon
** Médiathèque d'Épernay
** Galerie Rectoverso au Luxembourg

: 2010
** HEM
** Galerie Artempion Vincennes
** PULS' ART le Mans



Vers le haut

Desinscription plan du site Adresse, tél Contact