Page d'accueil
Carte Blanche 10
Qui, Quand, Oł?
Comment exposer?
Comment acheter?
Adhérer
l'Art Shop
Les Ateliers en résidence
Les Arts de la Scène
Atelier Musik et Scène
Les prochains arrivages
Les Arrivages Précédents
Les marchés de l'Arrivage
Les Conférences-Débats
Le livre
Le Club Partenaires
Les amis de l'Arrivage

Bio Marie-Laure Mallet-Melchior

Le train pour traverser le temps

Un train sur un pont de fer, d'autres qui se croisent. Ou bien des rails, témoins d'une activité industrielle que l'on devine aussi le long des voies avec la présence de bâtiments parfois flanqués de hautes cheminées.
Témoignage ou peut-être défi lancé aux parallèles et à l'idée d'infini qu'elles portent, transportent en elles, quelle que soit la voie empruntée? Il y a en tout cas dans les tableaux de Marie-Laure Mallet Melchior les ingrédients d'un mouvement incessant, traversant, de passages dans des sites inconnus et pourtant reconnus en tant qu'images d'une époque, révolue ou non.
Il y a surtout le paradoxe de voir ce mouvement se révéler dans un processus pictural - en l'occurrence un transfert de photo sur aluminium, suivi d'un travail de peinture et gravure - qui renvoie au temps qui passe mais qui peut aussi nous figer dans une rêverie inattendue.
Viennent alors des souvenirs accumulés au hasard de voyages, puisés dans une mémoire plus ou moins embuée comme le paysage à travers la vitre d'un train... Comme le tableau qui nous est donné à voir, finalement, où le réel de la photo peut être voué au flou par le rajout ou la suppression d'éléments, de couleurs, et devenir le gisement d'émotions oubliées, fossilisées au plus profond de nous-mêmes et soudainement réveillées par cette exploration artistique.
Cette rêverie nous replace dans le glissement grinçant et saccadé du train qui ralentit en arrivant dans des villes, là où le chemin de fer longe d'abord des sites d'une froideur inhospitalière, seulement connus de ceux qui y travaillent, ou bien réduits à l'état de vestiges. C'est là tout le sens et l'intérêt du paradoxe: il suggère une présence de l'humain, plus à imaginer qu'à observer, parce que dissimulée dans un environnement qui, s'il n'existe pas forcément pour lui, ne pourrait pas exister, même subsister, sans lui.

Par ce travail sur des supports d'aluminium, par la conjugaison de la peinture, la gravure et la photographie, Marie-Laure Mallet Melchior réussit une synthèse de périodes précédentes. Depuis sa sortie de l'école des Beaux-arts voilà une vingtaine d'années, l'univers abstrait dans lequel elle évoluait a laissé apparaître peu à peu, des "effigies", sans pour autant amorcer un retour à la figuration, mais déjà en apportant une réflexion sur le temps qui se jouait alors de silhouettes livrées à des entreprises d'effacement.
L'artiste s'en ensuite intéressée de plus près à la photographie qui l'amena dans le monde animalier. La peinture représentant des geckos, par exemple, trouva à cette époque des couleurs franches dans une écriture très directe. Puis, le dessin s'est donné une autre liberté en allant capter le mouvement de la marche des dromadaires qui sauront gré à l'artiste d'avoir ainsi souligné leur élégance naturelle.
La photographie est devenue de plus en plus présente vers la fin des années 2000 lorsque Marie-Laure Mallet Melchior a commencé à travailler à partir de scènes de jeux d'enfants et de loisirs. On avait alors l'impression que ces instantanés saisis au cours de sorties familiales venaient assurer la jonction avec une autre facette de la vie, le travail du peintre à l'atelier. C'est à ce moment que la photo d'un côté, le dessin et la peinture de l'autre, se sont nourris mutuellement. La photo projetée se transformait sur la toile tout en conservant l'aspect d'un instantané dans une lumière incertaine, intermédiaire, en devenir peut-être, comme celle qui apparaît au moment où la photo, jadis en mode argentique, se "révélait" dans l'obscurité du laboratoire.
Quelques années plus tard, le changement de support intervenu avec l'utilisation de plaques d'aluminium va construire un nouveau rapport entre la photographie et la peinture, celui qui crée, aujourd'hui, l'univers pictural si particulier de Marie-Laure Mallet Melchior.

Étienne RIBAUCOUR.



Née le 30 Novembre 1966 à Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir)

Formation

École Nationale des Beaux-Arts du Mans
1991: Obtention du Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique (DNSEP) option Art.

Expérience professionnelle

- 1998-2013 : Enseignante à l’Ecole Pigier du Mans
- 2004-2008 :Intervenante au Centre d’Art et Nouvelles Technologies « La Laverie » (LaFerté-Bernard)
-2015-2013 : Intervenante en Arts Plastiques Classe de CE2 à Bouloire
En poste
-Depuis 2013 : Enseignante en Arts appliqués à l’école BCF le Mans

-Enseignante en Actualité Artistique et Français de la Pratique Artistique à des étudiants Chinois à l’université du Maine à DUFOS (Diplôme Universitaire préparatoire aux Formations Supérieures françaises).

Expositions

2016
-
Transfiguring, Galerie Waltman, Paris

2015

-
Salon Art3F Mulhouse

- Centre Culturel André Malraux, Le Pecq (exposition personnelle)

- Galerie Mondapart, Boulogne-Billancourt (exposition personnelle)

- Parcours d’artistes de Beloeil (Belgique)

- Galerie K Le Mans

- The Affordable Art Fair, Bruxelles (Galerie Balt’Art)





2014

-
Artcité2014, Fontenay sous Bois

- Square Art Galerie « Alberti Arts » St Paul de Vence (exposition personnelle)

- Cop’Art 2014, festival d’Art Contemporain, Meuse

- Biennale d’Art contemporain, Cachan

- Galerie K, Monaco

- The Affordable Art Fair, Bruxelles (Galerie Balt’Art)

- Galerie du Parlement, Rennes





2013-2012

- Salon Balt’Art : L’ART ET LE GRAND PARIS au pavillon Baltard, Nogent sur Marne
- The Affordable Art Fair, Bruxelles
- Galerie Cadres et Toiles, Le Mans
- Galerie Ledrait, Dieppe

2011

-SalonBalt’Art contemporain Nogent- sur- Marne
- Galerie Cadres et toiles, Le Mans (exposition personnelle)
- Festival d’Arts Château de Lavaux Sainte Anne, Belgique
- Carré Plantagenêt (Musée archéologique), Le Mans

2010-2009- Transversalités, St Jean de Monts
- Biennale de Cachan, Orangerie de Cachan
- Galerie Syllabes d’art, Montrésor (37) (Exposition personnelle)
- Maison de l’Université du Maine, Le Mans (exposition personnelle)
- Cabinet d’Avocats Place Denfert-Rochereau, Paris (exposition personnelle)
- Galerie le Rayon Vert, Nantes
- Mon œil, Viry-chatillon



2008

- Mac 2008, Paris
- Mon œil, Viry-chatillon
- La Grange, Weyersheim (Strasbourg)
- Puls’art, Le Mans
- Galerie Yves Halter, Rennes
- Galerie MarieTurgeon ,Quebec





2007- 2004

- Mac 2007, Paris
- Puls’art, Le Mans
- Espace du Conseil régional des pays de Loire, Le Mans (exposition personnelle)
- Galerie Art’actua, Le Mans (exposition personnelle)
- Galerie Univer, Paris
- Banne, Ardèche
- Centre culturel La Laverie, La Ferté-Bernard (exposition personnelle)
- Monumentoile, Allonnes, Sarthe
- Galerie Alkent Actuel Art, Istanbul

2003-2002
- Europ’Art, Genève

- Puls’Art, Le Mans

- Salon Juin de la celle Saint Cloud, Hauts de Seine

- Art –Scène n°14, Galerie Ars in fine, Paris

- Journée de la femme, Galerie L’Atelier, Le Mans

2001-1998
- F.A.E, Galerie l’Atelier, Boulogne-Billancourt
- Galerie Vignon, Tours.
- Galerie du Pilier Rouge, Le Mans

- Galerie du Rayon Vert, Nantes
- Centre culturel de l'Espal, Le Mans (exposition personnelle)
- La 12è Artex Tokyo 2000, Tokyo
- Atelier Visconti, Paris
- Salon d'art contemporain, Théâtre Scarron, Le Mans
- À l’Ouest du Nouveau, Centre Paul Courboulay, Le Mans
- Marché d'Art Contemporain, Caen
- « Kaleïdoscope », La Rochelle

1998-1992

- Salon Juin de la Celle Saint Cloud, Hauts de Seine (Obtention du 1er prix)

- Galerie Diego Sanz, Conakry (Guinée)

- Trophée Lefranc-Bourgeois, Paris

- Salon d'Art Contemporain Week’Art, Galerie des Remparts, Le Mans

- Galerie Art Contemporain, Quiberon

- Galerie Le tambour de ville, Combourg, Ille et Vilaine

- Obtention de la "Mention Spéciale Jeune Talent", Asclépios, Le Mans





Travaux divers :

2016 - Visuel pour l’affiche des Carrefours de la pensée, Le Mans
2011 - Couverture du livre de J.-M. Lecomte Infimes instants du désastre, Editions Cénomane, Le Mans
2010 - Création de huit vitraux dans l’église de St Georges du Bois (Sarthe)
2010 - Réalisation de l’Affiche pour le colloque international « Les parcours sociaux entre nouvelles contraintes et affirmation du sujet », Université du Maine.

2009 - Collection particulière Ambassade de France à la Paz (Bolivie)

2008 - Couverture du livre de J.-P.Tétart Dire les maux, Editions Cénomane, Le Mans





Articles :

2009 - Art- Scènes n°21

2002 - Art- Scènes n°14

2000 - Ateliers d’artistes au Mans en Sarthe

1997 - Article Découverte le Maine



Vers le haut

Bio Georges Dumas / Bio Vam

Desinscription plan du site Adresse, tél Contact