Page d'accueil
Arrivage 40
Qui, Quand, Oł?
Comment exposer?
Comment acheter?
Adhérer
Les Ateliers en résidence
Les Arts de la Scène
Atelier Musik et Scène
Les prochains arrivages
Les Arrivages Précédents
Les marchés de l'Arrivage
Les Conférences-Débats
Le livre
Le Club Partenaires
Les amis de l'Arrivage

Bio Laurent Anastay-Ponsolle

Né le 17 juillet 1982, vit et travaille à Paris.

Expositions significatives :

À venir, Espace 361, « artistes émergents » Aix en Provence, Mars 2017
À venir, Portes ouvertes atelier, en compagnie de Christophe Faso,» Paris, Avril 2017
À venir, l’Arrivage, Troyes, Août-Septembre 2017

2016 – Novembre : Galerie ClairObscur, Liège, Belgique.
2016 – Octobre : Galerie DoubleS, Paris 6 – « Etreintes & Possessions ».
2016 – Octobre : Paris Artistes. Expo collective.
2016 – Janvier : L’Amour, Bagnolet, Expo collective : Panique !

2015 – Octobre : The affordable art fair – la Bellevilloise, Paris 20 – « Immersion ».
2015 – Septembre : BDA, Paris 5 - exposition personnelle.

2014 – Octobre : V Gallery, Paris 11 – « Séduction Sanguine ».

Formation :

2012 : Celsa – Sorbonne, Paris. (Master II)
2001/2005 : Université Aix-Marseille, Droit puis, Stockholm University.

Expérience professionnelle :

2006/Aujourd’hui :
Créatif dans différentes agences de design.



APPROCHE
 
Autodidacte, je n’ai pas eu de formation artistique « classique ». Il me plait de dessiner comme si je photographiais, mettant en valeur une pose, ou un détail qui fait “parler” la composition.
 
Ma démarche s’articule autour de l’érotisme et de l’abandon de soi.
 
C'est la chair qui nous fait prendre conscience de notre corps. Elle est ma “base” de travail, mon matériau : je crois en un expressionnisme du corps qui traduit un état de l’être, une passion, ou un interdit. À mon sens, le corps parle pour l'esprit quand les mots nous manquent : « ce que cache mon langage, mon corps le dit » écrivait Roland Barthes dans « Fragments d'un discours amoureux ».
 
Par accumulation ou effacement, l’œil se perd alors que les individus disparaissent : étreintes infinies, perpétuelles, par oubli de soi ou de l’autre, les traits et les personnalités s’effacent.
 
TOUT N’EST QUE DESSIN
 
Dès le début de mon cheminement artistique, j’ai mis le dessin au cœur de ma démarche. En effet, même si je me tourne également vers la peinture, le dessin est réellement mon moyen d’expression de prédilection. De plus, même au travers d’une peinture, c’est avant tout un dessin qui est mis en avant, souligné à l’encre et au marqueur pour qu’il ressurgisse derrière l’huile comme une marque du corps, une cicatrice.
 
M’interdisant la gomme, je rature, souligne, retravaille… autant d’aspérités qui contribuent à une lecture sensible de mon travail, à l’image d’un corps que l’on découvre. Je cherche le non-dit, à comprendre l’implicite, ce qu’on a pu ressentir et qui se refuse à nous.

LE PAPIER COMME PEAU
 
Au cours de mon cheminement artistique, le papier s’est toujours imposé comme une évidence. Facilité de moyens et instantanéité d’abord, recherche et sensualité par la suite.
Le papier est une matière sensuelle : comme une peau, il se caresse avec respect, précaution, on apprend à en apprécier les aspérités, les particularités. Il forme, à mon sens, avec le médium qui va le travailler une symbiose très particulière : son grain va s’exprimer, sa texture fusionner avec la matière, donnant naissance à une œuvre unique.
 
C’est en cherchant, échouant, recommençant que j’ai appris à apprécier le papier comme œuvre à part entière dans mon processus artistique. Évolution des formats tout d’abord, (du format raisin au format grand aigle et plus grand) mais aussi des techniques et de leurs variations.
C’est cette recherche de contact, de « tactilité », qui correspond également à ma démarche et qui m’a amené à préférer un papier prévu pour la gravure, mais qui offre un velouté, une fragilité et une couleur qui complètent, avec mon travail, ma vision du corps sensible.


 


Vers le haut

Arrivage 40 / Bio Etienne Audfray

Desinscription plan du site Adresse, tél Contact